Top Ten Tuesday #2

Encore une fois, je suis en retard d’un jour pour le Top Ten Tuesday. Mea culpa : j’étais en week-end et je ne suis rentrée qu’hier soir.

Le thème de cette semaine était : Les 10 que vous avez moins aimés ou plus appréciés que ce que vous aviez prévu.

Je commence par le positif, j’ai apprécié plus que je ne m’y attendais :

1) Le Portrait de Dorian Gray, d’Oscar Wilde

213 pages (sans les appendices), £3,50 chez Penguin Classics (en anglais).
Livre imposé quand j’ai passé le bac, moi qui adore la littérature et rechigne à la décortiquer car je trouve que ça diminue le plaisir de la lecture, j’avoue que je n’étais pas tentée par le fameux roman d’Oscar Wilde. Et pourtant, une fois commencé j’ai lu tout le livre avec plaisir. J’ai apprécié le style fluide, l’époque avec ses dandys et le suspense mesuré jusqu’à la fin.

dorian gray

2) West 47th, de Gerald A. Browne

405 pages, $6,99 (à l’époque) chez Warner Books (en anglais).
Ce livre faisait partie d’un lot de livres d’occasion en anglais qu’on m’a donnés, dans un genre que j’affectionne particulièrement : le roman à suspense, d’enquêtes, ou thriller. Si je n’étais pas convaincue avant d’ouvrir le livre, c’est qu’il était assez usagé et que la couverture n’était pas engageante. Et pourtant, l’intrigue est superbement menée, avec énormément de rebondissements mais sans lourdeurs, une histoire originale dans laquelle j’ai plongé avec délice. West 47th, c’est une rue de New York, la rue des diamants, des bijoutiers, des experts et négociants en pierres précieuses, légalement ou sous pas. Mitch Laughton a pour travail de retrouver des bijoux volés pour les assurances, et va être chargé de retrouver 6 millions de dollars de marchandises volées. Mais la mission va s’avérer très dangereuse et le mettra sur la piste de mythiques émeraudes valant plus de $ 25 millions… Je recommande à tous les amateurs du genre !

west 47th

3) Des Souris et des Hommes, de John Steinbeck

175 pages, 5€95 chez Folio.
Encore un classique… mais si superbement écrit, et qui m’emplit chaque fois d’une grande tristesse. Ce qui ne gâche en rien la lecture, rassurez-vous. Mais j’aime les romans qui éveillent en moi de l’émotion. Georges et Lenny sont deux amis qui travaillent comme saisonniers dans des ranchs. En fait, Georges veille sur Lenny, qui est légèrement attardé et a un comportement enfantin et impulsif. Quand ils arrivent au ranch Curley, avec la jolie femme du patron, les ennuis commencent…

des souris et des hommes

4) Le Lion, de Joseph Kessel

242 pages, 6€50 chez Folio.
En fait, les romans que j’ai plus appréciés que prévu sont ceux dont je ne connaissais pas vraiment l’histoire avant de les ouvrir. J’aime en particulier les romans qui se passent en Afrique ou en Australie, avec les relations entre les blancs et les indigènes. Dans Le Lion, on retrouve Patricia, fillette qui recueille un lionceau blessé. Devenu adulte, il retourne à la vie sauvage tour en gardant un lien fort avec Patricia. Puis elle rencontre Oriounga, un jeune homme Masaï, qui deviendra son ami. Or, pour le rite de passage à l’âge adulte, Oriounga doit tuer un lion… Un roman pour la jeunesse qui se lit avec plaisir quand on est adulte.

le lion

5) Le Vieil Homme et la Mer, d’Ernest Hemingway

148 pages, 5€30 chez Folio.
Je ne vais pas rentrer dans les détails puisque c’est un livre dont je vous ai parlé la semaine dernière, mais il répondait tellement au thème de cette semaine que je ne pouvais ne pas le citer de nouveau. Un must dans toute bibliothèque !

Le vieil homme et la mer

Le moins positif maintenant avec les livres que j’ai moins aimé que prévu :

6) Elégie pour un Américain, de Siri Hustvedt

396 pages, 9€50 chez Babel.
Après Tout ce que j’aimais, mon roman préféré, j’étais persuadée d’aimer un autre roman de Siri Hustvedt. Malheureusement, j’ai loin d’être été séduite par celui-ci. Elégie pour un Américain est le parcours d’un frère et d’une soeur qui, après le décès de leur père, vont remonter le fil de sa vie. Ce thème du secret de famille a conféré au roman une atmosphère étouffante qui m’en a rendu la lecture plutôt pénible, bien loin de la magie de Tout de que j’aimais, avec ces histoires de couple et d’amitié… J’ai cependant aimé la récurrence des oeuvres d’art décalées décrites dans le détail, dans les romans de l’auteur.

elegie etc

7) Les Polyglottes, de William Gerhardie

576 pages, 9€ chez Motifs.
Ce livre, je l’ai acheté rien que pour son titre et sa couverture. Le résumé était plutôt intéressant, annonçant un roman à l’époque de la révolution russe dans un univers cosmopolite… Malheureusement l’enchantement ne m’a pas saisie du tout et j’ai abandonné au bout d’une quarantaine de pages. A retenter pendant l’été peut-être.

polyglottes

8) Le vagabond des fleurs, de Robert Fortune

317 pages, 9€ chez Petite Bibliothèque Payot.
Déniché au rayon librairie de Nature & Découvertes, annonçant le voyage en asie d’un botaniste passionné au 19ème siècle, ce livre était très prometteur. Mais à la lecture le charme s’est évanoui : la narration s’est révélée très stricte, sans poésie, et on y reconnait l’esprit colonial fermé… Bref, une lecture peu agréable. J’ai poussé jusqu’à la moitié mais j’ai ensuite fermé le livre pour ne plus le rouvrir. Dommage…

vagabond fleurs

9) Dans la main du diable, d’Anne-Marie Garat

1287 pages, 12€70 chez Babel.
Premier tome d’une série de trois composant une fresque historique de la première guerre mondiale aux années 60, j’étais pressée d’entamer ce premier livre et de découvrir un nouvel auteur. Je venais de terminer Le Siècle (Ken Follett) et il me tardait de me lancer dans une nouvelle saga historique… Mais le changement de style a sans doute été trop brutal et je n’ai pas réussi à pousser la lecture plus loin qu’une trentaine de pages. Pas assez d’action, je n’ai pas été happée et je me suis tournée vers La Florentine de Juliette Benzoni, bien plus envoûtante… Plus austère, je pense que Dans la main du diable me plaira plus dans quelques mois (enfin j’espère) !

dans la main du diable

10) Moby Dick, d’Herman Melville

Eh oui. Je vais peut-être décevoir ceux qui ont adoré Moby Dick, mais moi je n’ai pas accroché. Pourtant il réunissait tout ce que j’aime : un roman qui évoque la mer, en plus les baleines me fascinent, l’histoire d’un capitaine un peu fou et acharné… Mais là encore la narration s’est révélée assez austère et l’apparition du capitaine Achab et de Moby Dick a été trop longue, après environ 150 pages j’en ai eu assez d’attendre et je suis passée à un autre livre. A reprendre pendant mes vacances, peut-être.

moby dick

Et vous, y en a-t-il qui vous tentent dans cette liste ? N’hésitez pas à donner votre avis, car si j’aime écrire des critiques j’aime encore plus savoir quand j’ai suscité l’envie de lire un de ces livres !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s