R.I.P. my poor legs [la cire, c’est fantastique]

Les poils et compagnie, c’est sûr il y a plus glamour comme sujet. Mais si vous vivez comme moi dans une société moderne (ben quoi, j’habite à la campagne mais je sais être sexy. Oui oui), vous devez vous aussi vous plier à l’exigence de beauté standard qui nous dicte que nous, les femmes, nous devons nous débarrasser de tous nos poils jugés disgracieux. J’ai de la chance (vous allez être jalouses), Chéri s’en fiche un peu donc j’ai régulièrement des périodes où j’ai les jambes d’un yéti décomplexé. Mais en été comme en hiver, j’aime porter des jupes et des robes, alors je dois quand même me faire les jambes un minimum. Vite fait au rasoir, sous la douche dans le meilleur des cas et à sec une fois sur deux et à grand renfort de crème ultra-hydratante pour ne pas me gratter les jambes comme une malade les 5 jours suivants. (Je sais, si je ne fais pas ça dans les règles de l’art je ne peux pas me plaindre). Et si les aisselles, c’est vite fait et sans problème, quand il me fallait faire le maillot c’était une autre histoire, avec des démangeaisons insupportables pendant la repousse du poil. Je vous assure que se gratter en public c’est pas sexy. Du tout. En plus, l’épilation au rasoir est à refaire tous les 3-4 jours alors que la cire promet de durer près de 3 semaines.

Il y a quelques temps, j’ai lu un article sur le blog de Jade qui expliquait les très douloureux kystes qui pouvaient apparaître au niveau des aisselles, causés par les méfaits du rasoir. Ça m’a fait réfléchir. Mais j’ai quand même continué de piocher dans mon stock de rasoirs jetables (pas écolo dis donc) jusqu’à épuisement. Je vous recommande d’ailleurs la crème confort multi-usages Marilou Bio (4,95€ les 100ml, je vous en parlerai bientôt plus en détail) si vous rasez vos gambettes à sec dans un moment d’urgence. Pour moi, ni rougeurs ni brûlure ni démangeaison par la suite, un vrai miracle. Bref, tout ça pour dire que quand tous mes rasoirs ont été émoussés, je me suis décidée à passer à la cire dépilatoire. (NB : je suis allergique à absolument toutes les crèmes dépilatoires donc la cire est l’alternative idéale).

J’ai trouvé la mienne sur Monde Bio (on ne se refait pas). J’ai hésité un long moment, c’est à dire que j’ai mis 1/2 journée à choisir ma cire : roll-on, cire froide, cire à réchauffer ??? (Heureusement je ne croulais pas sous le travail. Oui, j’ai un peu honte). Pas très emballée par une expérience il y a quelques années avec des bandes de cire froide Veet (une vraie catastrophe, des restes de cire partout impossibles à enlever même au bout d’une semaine…) je me suis quand même dirigée vers de la cire en pot, à appliquer à la spatule : la cire dépilatoire Caresses Sucrées des Sens des Fleurs : 350g de cire, 10 bandes de coton réutilisables, 2 spatules en bois, composition 100% bio avec uniquement du sucre de canne, du jus de citron et de l’eau, pour 17,50€.

SAM_3822

Il est précisé qu’il faut auparavant exfolier les parties à épiler afin d’éviter la repousse de poils incarnés. En l’absence de tout gommage dans ma salle de bain j’ai acheté le Gel Corps Exfoliant de Marilou Bio au cranberry, aloé vera et romarin (4,99 € les 100ml, en vente ici). J’en suis contente et je vous en parlerai dans un autre article. J’ai donc exfolié mes jambes, parfait. Pour l’épilation à proprement parler il faut avoir les poils assez longs (minimum 5 mm je dirais) mais pour cette fois-ci ce n’était pas un problème, loin de là.

J’ai épilé une jambe un soir et l’autre le lendemain après-midi (organisée la fille, le timing c’est ma spécialité). Evidemment si vous avez une heure devant vous je vous conseille de faire les deux jambes d’un seul coup. C’est plus pratique. J’ai donc fait chauffer ma cire (une fois elle a trempé dans de l’eau bouillante, une autre fois je l’ai mise au bain-marie). Incontestablement la méthode du bain-marie est beaucoup mieux, la cire est plus liquide et s’étale plus facilement. J’ai vérifié toutes les 10 secondes que le pot ne fondait pas dans la casserole, mais c’est bon, il a tenu le coup. Moralité : si c’est écrit de le mettre au bain-marie, c’est qu’on peut le faire. J’ai ensuite laissé mon pot dans un saladier avec le reste d’eau bouillante pour que la cire ne durcisse pas de nouveau.

Ensuite il est conseillé de tester la chaleur de la cire sur l’intérieur du poignet. J’ai trouvé ça plutôt bête comme conseil puisque 1) la peau du poignet est fine et fragile, quitte à me brûler je pense que ma jambe résisterait mieux et 2) si tu appliques de la cire il faut l’enlever et s’épiler l’intérieur du poignet à la cire, même si c’est juste une goutte, c’est douloureux. Comme je dois être bête j’ai quand même testé sur mon poignet (température ok) et j’ai essayé de lécher la goutte (marche pas mais cette cire est bien comestible, c’est un caramel bien corsé), de la rincer à l’eau (eau froide ne marche pas). Zut. Tant pis, j’ai essuyé dans une serviette.

Et à dire vrai, en fait maintenant le plus compliqué est passé : il suffit de prendre l’équivalent d’une cuillère à café de cire sur le bout de la spatule, de l’étaler en couche bien fine dans le sens de la pousse du poil (donc verticalement, on est d’accord), de bien plaquer la bande de coton (lisser de haut en bas), d’étirer la peau de la jambe vers le haut et d’arracher de bas en haut (dans le sens contraire à la pousse du poil). Et là mon cœur a manqué un battement. Bon sang, c’est que ça fait un mal de chien, j’avais oublié (et le lendemain j’étais préparée mais quand même du lâcher « bon Dieu de bon Dieu » à la première bande) ! A la perspective de répéter l’opération une bonne douzaine de fois rien que pour une jambe, j’étais moins sûre de mon choix et mon rasoir me manquait un peu. Bon, j’avais commencé, j’ai fini, et c’est finalement le début le plus difficile. La cire part bien avec la bande, s’il en reste cela part tout de suite en recollant la bande dessus. Après avoir fini j’ai hydraté mes jambes avec le lait corps réhydratant d’Eau de Jonzac, les points rouges sur mes jambes ont disparu en 2h environ et je n’ai ressenti aucun tiraillement ou inconfort que ce soit. J’ai utilisé 5 bandes de coton par jambe en réutilisant chaque bande 2 à 3 fois, même avec de la cire dessus ça fonctionne très bien. Enfin, le gros point fort de cette cire c’est que tout se rince à l’eau chaude hyper facilement ! Comme c’est du caramel, c’est hydrosoluble, je laisse donc tremper mes bandes de coton et la spatule dans le saladier, je récupère quand j’y pense, c’est tout propre.

A vue d’œil, j’ai utilisé 1/3 du pot pour 2 demi-jambes. Je suis très contente du résultat et de la facilité, je n’ai pas galéré du tout en fait, une vraie pro ou presque ! Cette cire est très bien et surtout 100% bio, ce qui est parfait. En comparaison, la cire orientale Acorelle est moins chère (11,90 € pour 300g) mais sa composition est vraiment décevante : (INGREDIENTS : DEXTROSE, GLYCERIN, SUCROSE*, CITRIC ACID, ANTHEMIS NOBILIS EXTRACT, PARFUM. * issu de l’agriculture biologique. 100% du total des ingrédients sont d’origine naturelle, 13% du total des ingrédients sont issus de l’agriculture biologique). C’est la bonne composition de la cire Les Sens des Fleurs qui m’a décidée à l’acheter et je ne regrette pas. Je vous avoue que j’ai une trouille bleue de faire les aisselles et le maillot, vu la douleur sur les jambes (Caresses Sucrées mon œil oui !) je n’ose pas essayer sur des zones très sensibles. Malgré tout j’ai prévu de le faire très bientôt sous risque de me transformer en Chewbacca et de faire fuir mon chéri à tout jamais. Allez, après je serai tranquille pour 3 semaines !

Et vous, vous êtes plutôt rasoir, crème, cire, ou yéti ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s