Les 10 commandements de l’allaitement

  1. L’open (ni)bar tu ouvriras

    Quand on parle d’allaitement, on entend souvent « j’allaiterai, si c’est possible » ou encore « tu veux allaiter ? c’est bien, il faut que tu aies assez de lait » ! Alors autant le dire une bonne fois pour toutes, le manque de lait est un mythe qu’on nous a fait entrer dans le crâne au bout de 50 ans d’enfants élevés au biberon et au lait artificiel. Le secret pour avoir une bonne lactation, c’est l’allaitement « aux signes d’éveil » pour le nourrisson, et « à la demande » pour les bébés plus grands. Tant que bébé tète, notre corps reçoit les signaux qu’il faut du lait, et le lait est stocké et aussi produit instantanément. Une bonne succion de bébé (penser à faire vérifier le frein de langue ou la position de la bouche de bébé si douleurs ou crevasses qui persistent), on ouvre l’open (ni)bar et c’est parti ! (Pour ces raisons un allaitement mixte entraîne moins de stimulation des glandes mammaires, donc l’information transmise est qu’il y a moins besoin de lait, et plus le temps passe moins il y aura de lait effectivement, sans compter qu’un bébé a tendance à délaisser le sein pour le biberon avec lequel le lait coule plus vite et plus facilement).

  2. La tétine loin tu jetteras

    Comme dit juste plus haut, il est primordial que bébé ait une bonne succion pour bien boire. Donc il faut à tout prix éviter de donner à bébé quoi que ce soit en bouche qui puisse le faire s’habituer à sucer différemment qu’au sein (c’est la confusion sein-tétine). Donc on oublie les tétines et les biberons ! Si bébé devait boire en l’absence de maman on peut utiliser : le DAL (dispositif d’aide à la lactation, c’est un petit tuyau attaché au doigt et trempé dans le biberon et on fait sucer le doigt à bébé), la tasse à bec ou à paille, le verre ou le bol (oui un bébé peut boire au verre), ou encore la tétine Calma de Medela (je vous ferai un article spécialement dessus).

  3. Aux pics de croissance tu t’attendras

    A certaines dates, bébé va être très grognon, pleurer beaucoup plus et téter beaucoup plus et très rapproché. Ce n’est pas le signe d’un manque de lait ! Il s’agit des fameux pics de croissance : bébé tète plus afin de signaler à notre corps un besoin accru, ainsi la composition du lait se modifie au fur et à mesure de la croissance de bébé. Les dates en question suivent la règle des 3-6-9 : 3 jours, 6 jours, 9 jours (donc en gros les 2 premières semaines de vie sont très intenses, 3 semaines, 6 semaines, 9 semaines, 3 mois, 6 mois, 9 mois… Ces pics durent de 12h à 48h en général (ici c’est environ 24h) et il faut surtout donner le sein à volonté sans regarder les heures ou le nombre de fois. Plus bébé tète, plus l’information passe vite et plus vite le pic est terminé.

  4. Tes coussinets tu n’oublieras point

    Pendant les premières semaines (voire mois ! voire années !) la lactation ne s’est pas encore régulée sur les tétées de bébé. Donc on produit du lait un peu en permanence, et gare aux fuites si tu as oublié tes coussinets ! Pendant ma grossesse j’avais commandé des coussinets lavables sur le site Brindilles : des simples en coton (désastreux car ils n’étaient pas imperméables donc duites au bout de 10mn maximum) et d’autres en laine/soie, pas mal mais qui se sont déformés dès le premier lavage en machine (comment gâcher 8€ par paire de coussinets en un seul coup ! grrr). Du coup j’étais bien contente d’avoir sous la main quelques dizaines de coussinets jetables qu’on m’avait donnés. J’ai utilisé pas mal de boîtes de coussinets jetables (au moins 120 coussinets !) puis j’en ai eu assez de jeter mon argent en l’air et j’ai acheté des coussinets lavables, pas bio, mais imperméables, en grande surface. Comme j’avais une hyper-lactation j’en ai usé et abusé et pour la prochaine naissance je ferai un stock de 12 paires de coussinets lavables, bio et imperméables.

  5. Des sources informées tu choisiras

    Un des pires désagréments de l’allaitement, ce n’est pas le sommeil entrecoupé, ni le manque de rythme, ni encore qu’on ignore la quantité que boit bébé. Non, le pire désagrément de l’allaitement ce sont les âneries que les gens peuvent débiter à ce sujet ! Alors les questions à la noix on fait semblant de ne pas les entendre (ou on briefe son homme pour y répondre), les conseils à la noix on dit « oui oui » (cette technique fonctionne aussi pendant la grossesse), et on se fie aux mamans qui ont allaité au moins 4 mois (plus long est l’allaitement meilleurs sont les conseils), aux sages-femmes formées à l’allaitement, aux associations d’allaitement. La Leche League (voir leur site web http://www.lllfrance.org) est une mine d’informations et ses conseillères toujours disponibles par téléphone, mail ou même Facebook. Ne pas oublier que les médecins et pédiatres rentrent largement dans la catégorie des personnes qui n’y connaissent rien en allaitement (ils n’y sont aucunement formés) (mais on se contente de dire « oui oui » faut pas les vexer).

  6. Le peau à peau tu pratiqueras

    A la naissance de bébé, bien sûr, peau à peau au maximum entre bébé et maman. Mais ensuite, c’est bien pratique si bébé a un petit coup de mou pour téter (grève de tétée, confusion sein-tétine…) hop on le met en couche, en peau à peau prolongé, au calme et plutôt dans la mi-pénombre, ça aide beaucoup à retrouver l’instinct des premiers jours et de bonnes tétées en harmonie maman-bébé.

  7. Tes principes tu oublieras, ton bébé tu écouteras

    Avant d’être maman, je savais que je voulais allaiter. Pendant 6 mois environ. Avant j’étais choquée par les mamans qui allaitent un bambin de 2 ans ou plus. Avant je pensais que les tétées seraient bien espacées et régulières, toutes les 3 heures comme on m’avait appris pendant la grossesse. Avant je m’étais jurée de ne pas habituer bébé à s’endormir au sein parce que sinon je ne m’en sortirais plus. Avant je n’y connaissais rien et pourtant j’étais si pleine de convictions et de jugement ! Puis Petite Pomme est née, on a commencé cette belle aventure lactée. Aujourd’hui elle a 7 mois et je ne sais pas quand j’arrêterai (quand elle n’aura plus besoin de lait ou plus envie je suppose). Je ne juge plus les mamans qui ont un allaitement long (et j’ai honte de l’avoir fait un jour), les bébés qui aiment téter, les (mauvaises) habitudes. Je me suis laissée apprivoiser par l’allaitement, j’ai appris à écouter Petite Pomme, si je suis attentive j’arrive bien à comprendre ses besoins, je décrypte ses pleurs, ses mimiques. Aujourd’hui j’allaite sans autre principe que celui d’être à l’écoute de Petite Pomme et de moi-même, de nos besoins, et c’est tellement plus simple.

  8. Un bon tire-lait tu choisiras

    Tirer son lait, ce n’est pas être une vache à lait ! C’est pouvoir faire du stock quand on veut ou doit s’absenter (comme j’étais heureuse d’avoir deux heures à moi pour pouvoir aller chez le coiffeur quand Petite Pomme avait 2 mois !), c’est pouvoir vider le douloureux trop-plein quand on a eu plusieurs montées de lait successives mais que bébé fait une grosse sieste, c’est pouvoir donner du lait au lactarium quand on a une très bonne lactation. Tirer son lait, c’est souvent difficile : on se met la pression, on pense aux quantités, on n’en a pas une image positive, il nous manque le contact avec notre bébé pour bien stimuler… Alors on choisit un bon tire-lait (électrique, peu encombrant et pas trop sonore), et une taille de téterelles adaptée ! Personnellement j’ai un tire-lait Medela Lactina double pompage électrique en location (remboursé puisque c’est sur ordonnance) et il me convient bien. J’aurais aimé le Medela Symphony mais son prix le rend inaccessible pour l’instant ! Si on a du mal avec un tire-lait, ne pas hésiter à changer de taille de téterelles, à changer de marque… Ce n’est pas toujours facile de trouver celui qui convient mais ça vaut vraiment le coup de chercher pour rendre plus facile ce moment où on tire son lait.

  9. Des vêtements tu prévoiras

    Et pas forcément des vêtements spécial allaitement ! Pour moi les indispensables sont : au moins 4 soutien-gorge d’allaitement + au moins 1 brassière pour la nuit (plus confortable et indispensable pour maintenir les coussinets pour éviter les fuites ; cf. paragraphe au-dessus). Des vêtements qu’on peut soit soulever soit baisser pour donner le sein. Donc on oublie les robes qui ne sont pas décolletées, les pulls trop épais sinon on va y étouffer bébé… Sinon la panoplie est quand même assez large ! Surtout on prévoit toujours (dans sa voiture, au travail, en weekend…) une tenue de rechange ! Toujours rapport aux fuites de lait mentionnées plus haut. En outre cette tenue de rechange sera bien utile si bébé te vomit dessus ce qui, crois-moi, t’arrivera bien plus souvent que tu ne le souhaiterais. Et j’ai un petit stock de vêtements spécial allaitement  (achetés d’occasion, penser à Leboncoin, aux groupes Facebook, aux blogs) qui me sont utiles quand je sors de la maison, si le besoin se fait d’allaiter plus discrètement (enfin sans se couvrir d’un châle non plus hein).

  10. Des répliques qui tuent dans ta manche tu auras !

    Cf. paragraphe 5, voici quelques répliques bien utiles à mémoriser si on vous asticote.
    – « Tu penses allaiter encore combien de temps ? » –> « Je n’ai pas fixé de durée à mon allaitement ».
    – « Mais tu l’allaites encore ?!? » (plus agaçant) –> « Oui, le plus longtemps possible, je pense qu’entre les grilles du collège ce sera encore possible ». ou encore « Oui jusqu’à 18 ans voire 25 ans s’il fait de longues études ».
    – « Tu veux une couverture pour l’allaiter ? » (sous-entendu : pour cacher ce sein qu’on ne saurait voir) –> « Non merci les bébés ne mangent pas de couverture ».
    – « Tu serais moins fatiguée si tu donnais le biberon » –> « Oui c’est sûr qu’avec le lait en poudre à acheter, le biberon à faire chauffer, la vaisselle à faire, ça va être beaucoup plus simple pour moi… » (ironie merci).
    – « Bébé ne fait pas ses nuits, c’est sûr c’est le problème avec l’allaitement » –> « Ah bon ça dérange ton sommeil à toi ? Ah bon parce que j’avais cru comprendre… Alors on est d’accord c’est mon sommeil et qui a dit que c’était un problème pour moi ? »
    – « Tu sais il faut bien couper le cordon un jour » –> « Ah mais je te rassure il a été coupé à la naissance ! Là je nourris Petite Pomme en fait ».
    – « Non mais à 12 mois c’est malsain de l’allaiter encore, c’est presque de l’inceste ». –> « Ben oui c’est le but quoi ! T’avais pas compris encore ? ».
    – Enfin on a le bon vieux « TG » (pour « ta gueule ») ou encore la méthode TACT (voir ici pour plus d’informations sur cette excellente méthode : http://www.laviedestriples.com/2014/01/21/la-methode-tatc/)

Si vous en avez d’autres dites-moi tout !

SAM_5201

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s